Votre panier
image
Livraison offerte dès 49€, plus 2 🎁 échantillons offerts 🎁 2 échantillons vous est offert à chaque commande. plus une livraison gratuite dès 49€ d'achat

Le thé en Afrique, un peu d'histoire

 

La culture du thé en Afrique est un héritage de la colonisation européenne. Les premières plantations à voir le jour sur le continent africain ont été créées à titre expérimental, au cours des années 1850 en Afrique du Sud où les anglais en développèrent la culture pour s'assurer de nouvelles sources d'approvisionnement.

Plus tard, des colons allemands expérimentèrent la culture du thé sur les pentes du Mont Cameroun ainsi qu'en Tanzanie. Même si ces premiers essais ont donné des rendements intéressants, ce n’est qu’au cours des années 1920 que les plantations de thé ont véritablement pris leur envol sur le continent.

Aujourd’hui 3èmeproducteur mondial notamment grâce au Kenya, le continent africain est incontestablement l’un des acteurs essentiels sur le marché du thé. En effet, plus d’une dizaine de pays africains produisent du thé, en grande majorité des CTC (Crusing-tearing-curling) un processus mécanique qui transforme la feuille de thé en toutes petites perles, essentiellement destinées à la fabrication des thés en sachets.

Avec un rendement extrêmement élevé (près de 2 tonnes l’hectare - alors que la Chine atteint à peine 0,7 tonne l’hectare) - la production africaine est en grande partie consacrée au thé noir.

Avec le développement du marché des thés de spécialité, certains pays comme Le Kenya, Le Malawi et Le Rwanda se sont tournés vers une production de thé de qualité avec les méthodes de transformation orthodoxes (qui donne des thés en feuilles entières ou brisées) aux côtés des CTC.

Ces expérimentations ont permis l’apparition des autres familles de thé (blanc, vert, noir, oolong et Pu erh) et des Grands Crus aux saveurs uniques et surprenantes.

 

Le Kenya

 Le Kenya est aujourd’hui le premier producteur de thé du continent africain et le troisième au monde. Plus de 150 000 hectares de jardins sont désormais consacrés à la culture du théier pour une production annuelle qui dépasse les 340.000 tonnes.

La majorité des plantations sont situées dans les régions montagneuses, à des altitudes variant de 1500 à 2000 mètres, ainsi qu’à l’ouest de la vallée du Rift.

Les jardins les plus connus sont Milima, Marinyn et Kangaita, qui utilisent tous les méthodes de transformation orthodoxes et CTC.

 

Le Malawi

L’un des premiers pays africains à commercialiser sa production dès 1880, le Malawi fait partie aujourd’hui des principaux pays producteurs d’Afrique. Après le coton, le thé est la principale culture d’exploitation du pays. Les premières plantations ont vu le jour en 1878 et se sont étendues progressivement aux régions de Malanje et de Thyolo.

 

L’Afrique du Sud

Producteur exclusif du rooibos, une boisson que les populations locales consomment depuis plusieurs siècles et que l’on prépare à partir d’une plante (Aspalathus linearis) de la famille des légumineuses. Cette plante qui est cultivée dans les plaines de la région du Cedarberg est un buisson de 1 à 2 mètres de hauteur pourvu de petites branches ramifiées. Les feuilles et les tiges sont récoltées pour ensuite être coupées, broyées, oxydées et séchées au soleil.

 

 

Les  principaux pays producteurs de thé en Afrique 

  • Kenya
  • Malawi
  • Ouganda
  • Burundi
  • Tanzanie
  • Mozambique
  • Rwanda
  • Zimbabwe
  • Cameroun
  • Éthiopie
  • République Démocratique de Congo
  • Île Maurice
  • Afrique du Sud
  • Zambie

Et bien autres…